Source: Externe

 

À Kalamaki, île grecque dévastée par la crise, trois personnages vivent l’un près de l’autre, chacun perdu au fond de sa solitude. Le petit Yannis, muré dans son silence, mesure mille choses, compare les chiffres à ceux de la veille et calcule l’ordre du monde. Maraki, sa mère, se lève aux aurores et gagne sa vie en pêchant à la palangre. Eliot, architecte retraité qui a perdu sa fille, poursuit l’étude qu’elle avait entreprise, parcourt la Grèce à la recherche du Nombre d’Or, raconte à Yannis les grands mythes de l’Antiquité, la vie des dieux, leurs passions et leurs forfaits... Un projet d’hôtel va mettre la population en émoi. Ne vaudrait-il pas mieux construire une école, sorte de phalanstère qui réunirait de brillants sujets et les préparerait à diriger le monde ?
Lequel des deux projets l’emportera ? Alors que l’île s’interroge sur le choix à faire, d’autres rapports se dessinent entre ces trois personnages, grâce à l’amitié bouleversante qui s’installe entre l’enfant autiste et l’homme vieillissant.

 

J'avais déjà bien aimé le Turquetto, mais içi l'auteur aborde la Grèce actuelle & antique, sans concession mais avec gentillesse pour les grecs qui ne savent plus que faire entre la dette, Bruxelles & ses injonctions mais aussi les passes droits institutionnalisés..

 

Toutes ses questions sont traitées avec le regard bienveillant d'un américain d'origine grecque.... qui se prend d'amitié & même d'amour pour un jeune garçon handicapé par des troubles autistiques.

 

Quand on sait que Metin Arditi est suisse d'origine juive séfarade, né en Turquie & marié avec une grecque, sans oublier ses illustres cousins français,bulgare (de langue allemande) ou suisses les Canetti: célèbres à plus d'un titre dans la littérature ( Elias ), la médecine (Voir là ) ou la variété; quel bel exemple de la mixité culturelle si décriée en ce moment

Lisez son entretien dans un média suisse: C'est là