Source: Externe

 

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d'accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune. Et à ceux de l'Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.(éditeur)

 

Encore une belle découverte que ce roman de rentrée & cette auteure franco-algérienne!

 

En partant sur la difficulté à la culture de (sur)vivre en ALgérie en 2017, quand l'obscurantisme ne s'éteint pas ( voir le massacre de la statue de Sétif cette semaine),elle fait revivre Edmond Charlot , sa librairie,sa maison d'édition et aussi son engagement de même que celui de beaucoup d'intellectuels au XX°, et par la voix du jeune Ryad elle confronte les différentes générations. 

 

Source: Externe

 

En lisant ce roman j'ai beaucoup pensé à mon amie Keltoum & ses ami(e)s