Source: Externe

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne (éditeur)

 

Quel roman!! hors des codes officiels sur les soldats de la *Grande Guerre*

 

Source: Externe

Roman en deux parties, la première dans les tranchées où tout est carnage, traumatismes ..

L'autre partie nous permet de comprendre le titre **Frère d'âme**

Avec les liens entre les deux ***frères*** les totems, les parentés à plaisanterie, les ethnies de cette région de l AOF pas encore le Sénégal.

 

La langue & le style sont magnifiques très adaptés au récit, mais l'auteur est agrégé de lettres, spécialiste de la littérature du XVIII°

Les lycéens ne se sont pas trompés en le choisissant pour leur Goncourt