Pour toutes les aiguilles

11 février 2016

Au Congo

 

Source: Externe

 

Jeune orphelin de Pointe-Noire, Petit Piment effectue sa scolarité dans une institution catholique placée sous l’autorité abusive et corrompue de Dieudonné Ngoulmoumako. Arrive bientôt la révolution socialiste, les cartes sont redistribuées, et Petit Piment en profite pour s’évader avec des jumeaux à la brutalité légendaire, abandonnant ainsi son meilleur ami, qui refuse de le suivre. Il s’adonne alors, avec son clan, à toutes sortes de larcins, jusqu’à ce que les habitants décident de nettoyer leur zone d’action. Petit Piment trouve refuge auprès de Maman Fiat 500 et de ses dix filles, et la vie semble enfin lui sourire dans la gaîté quotidienne de cette maison pas si close que ça, où il rend toutes sortes de services. Mais le maire de Pointe-Noire décide d’une nouvelle intervention énergique contre la prostitution. C’en est trop. Petit Piment perd la tête. De bonnes âmes cherchent à le soigner (médecine, psychanalyse, magie ou sorcellerie), mais l’apparente maladie mentale ne lui fait pas perdre le nord : il a une vengeance à prendre contre celui qui a brisé son destin.(éditeur)

Source: Externe

 

J'avoue que j'ai été décue, mais j'avais beaucoup trop entendu l'auteur en cette rentrée littéraire, entre la radio, la télé, la foire de Brive ...

Beaucoup de truculence, une histoire trop bien ficelée. Un contexte politico-social bien décrit; mais je ne me suis pas laissée emporter, je n'ai eu aucune empathie pour les personnages sauf pour la maîtresse du bordel. Dommage!!  

 

IMG_0208

 

Posté par MartineR à 09:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2016

Bouquet du marché

 

 

DSCN9235[1]

DSCN9236[1]

DSCN9240[1]

DSCN9239[1]

Posté par MartineR à 08:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]
07 février 2016

De l'intime dans l'histoire!

 

 

Les clés retrouvées
 
Lorsque la mère de Benjamin Stora est décédée en 2000, il a découvert, au fond du tiroir de sa table de nuit, les clés de leur appartement de Constantine, quitté en 1962. Ces clés retrouvées ouvrent aussi les portes de la mémoire.
La guerre est un bruit de fond qui s’amplifie soudain. Quand, en août 1955, des soldats installent une mitrailleuse dans la chambre du petit Stora pour tirer sur des Algériens qui s’enfuient en contrebas, il a quatre ans et demi et ne comprend pas. Quelques années plus tard, quand ses parents parlent à voix basse, il entend les craintes et l’idée du départ. Mais ses souvenirs sont aussi joyeux, visuels, colorés, sensuels. Il raconte la douceur du hammam au milieu des femmes, les départs à la plage en été, le cinéma du quartier où passaient les westerns américains, la saveur des plats et le bonheur des fêtes.
Ces scènes, ces images révèlent les relations entre les différentes communautés, à la fois proches et séparées. Entre l’arabe quotidien de la mère et le français du père, la blonde institutrice de l’école publique et les rabbins de l’école talmudique, la clameur des rues juives et l’attirante modernité du quartier européen, une histoire se lit dans l’épaisseur du vécu. (éditeur)

Source: Externe

 

Femme juive de Constantine fin du XIX°
Par ce récit intime, Benjamin Stora nous fait découvrir l'histoire de ces juifs d'origine berbère,vivant à la limite de la médina , parlant l'arabe, mais aussi éduqué à l'école républicaine française.
C'est aussi l'histoire de cette Algérie multiple, complexe,qui n'arrive pas à guérir des ses blessures, mais la France non plus d'avec son roman d'amour/haine.
Benjamin Stora est de ceux qui a permis que les (pudiques) évènements se nomment enfin GUERRE d'Algérie, les mots sont importants pour comprendre. 
Un autre des ouvrages important à mon avis fut la gangrène & l'oubli où l'historien tente d'expliquer les suites malheureuses de cette guerre post-coloniale.

pont-suspendu-sidi-mcid-constantine

 

 

Constantine, une ville que j'ai pù découvrir lors d'un douloureux rapatriement sanitaire en décembre 1982; ville où j'ai été accueilli très chaleureusement par des amis de coolègues;ville où j'ai été réveillée la première fois de ma vie par l'appel à la prière à la place des cloches.

Médina de Constantine où j'ai pu pénétrer guidée par une jeune architecte spécialiste de ces villes; Médina où les enfants célébraient bruyamment le Mouloud en faisant éxploser des pétards mais nous entraînant dans des rondes. A Constantine, les femmes m'ont montrée aussi leurs bijoux, leurs magnifiques robes brodées; j'ai aussi découvert que dans la même rue se cotoyaient les avocats-ntaires & les bijoutiers!

 

Source: Externe

Robe de mariée arabe à Constantine

 

 

Posté par MartineR à 11:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
01 février 2016

Aux sources des généalogies!!

 

 

 

9782330053185

Venue au Mauduit, petit village de Franche-Comté, au motif officiel d’obtenir de la mairie l’autorisation, pour ses étudiants en sociologie, de consulter les archives communales de cette si banale petite bourgade française, la narratrice, hantée par la sombre énigme de son propre passé familial, ignore qu’elle va y faire une rencontre décisive en la personne de Lottie, solide et intimidante nonagénaire, désormais seule occupante de la vaste demeure des Ardenne, construction aussi baroque qu’extravagante édifiée sur des terres de mauvaise assise dans un méandre de la rivière qui coule en contrebas du bourg.
Soir après soir, la vieille dame qui, faute d’hôtel au village, accepte de loger la visiteuse, dévide pour elle l’histoire du domaine où elle est entrée comme bonne d’enfant à l’orée du xxe siècle. Mais faut-il la croire sur parole, elle qui dit n’être que la récitante des fantômes qui ont jadis habité ces murs, ou sont partis vers l’Afrique, le Tonkin ou les forêts du Yukon ? Et que faire du récit de cette conteuse acharnée qui, sans avoir jamais quitté sa campagne, rêve peut-être à haute voix quelque exotique roman de la filiation dont elle contraint la narratrice à devenir la dépositaire ?
Où les histoires prennent-elles source et où vont-elles une fois racontées ? La narratrice, écoutant la vieille Lottie, devine-t-elle en quoi celle-ci va éclairer son propre destin ? Car les récits ni les contes ne sont d’inoffensives machines et leurs puissants sortilèges s’entendent à recomposer jusqu’à la matière même du temps.(éditeur)

 

Source: Externe

Quel(s) roman(s)!ou quel scénario!

Il faut passer difficilement le début, en se remettant dans le style d'A M Garat, vocabulaire très (trop) recherché, phrases longues, très longues, mais on est happé par ce labyrinthe d'histoires!

Puis on se laisse prendre!! Belle lecture

Posté par MartineR à 09:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2016

En AIR

 

Un fil tout doux, l'AIR. (anthracite)

 

DSCN9231

 

Raglan tricoté en top-down, aucune couture!!!!  

Boutons en nacre offerts par la boutique de laines: A very bad sheep

J'attends un rayon de soleil pour coudre les poches tricotées au point de riz.

 

DSCN9234

Boutons en nacre offerts par la boutique de laines: A very bad sheep

Appliqué gagné lors de l'AEF au concours de vitesse de tricot.

 

 

Posté par MartineR à 12:25 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 janvier 2016

Paris toujours Paris

 

Dans notre famille, les adultes n'ont quasiment jamais de cadeau pour Noël, mais j'ai une petite cousine qui aime me gâter.

 

Source: Externe

 

Elle savait que ce livre me plairait!

paris-boutiques-d-54c656aee9292

 

 

paris-boutiques-d-54c656c0171a5

 

 

paris-boutiques-d-54c656d32b042

 

 

paris-boutiques-d-54c656e1e8309

Posté par MartineR à 09:24 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
15 janvier 2016

Pour Noël

DSCN9212[1]

 

 

 

Source: Externe

 

Le cadeau de Noël à mes petits enfants: le cirque de Pékin & les moines de Shaolin

 

DSCN9213[1]

 

 

Ils ont bien aimé, moi beaucoup moins!!! 

DSCN9217[1]

Posté par MartineR à 13:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
14 janvier 2016

Simplement beau

DSCN9223[1]

 

 

Culture d'amaryllis dans un vase, il fut magnifique mais la floraison dure beaucoup moins longtemps.

DSCN9224[1]

Posté par MartineR à 11:30 - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 décembre 2015

Danse avec les ombres

 

Source: Externe

 

En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince pour y annoncer un décès. Très vite, dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations étudiantes quelques années plus tôt, elle sait qu’elle ne partira plus, qu’elle est revenue construire ici l’avenir qui l’attendait.
Hébergée dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance d’un groupe d’amis qui se réunit chaque semaine pour de longues parties de dominos. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne l’envie d’aimer et d’accomplir sa vie. Mais, le lendemain, la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence…
Pour rendre hommage à Haïti, l’île des hommes libres,Danser les ombres tisse un lien entre le passé et l’instant, les ombres et les vivants, les corps et les âmes. (éditeur)

 

Port-au-Prince-008

 

Je lisais ce livre au moment des attentas, pas le roman qui aurait dù être sur ma pile!!!

 

Une fois que l'on a compris la construction romanesque, on est happé par la densité de l'écriture , comme toujours chez Laurent Gaudé.

 

Aucun misérabilisme mais beaucop d'entraide, de rire (mais oui) malrè la lourdeur du sujet. A lire 

Posté par MartineR à 13:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 décembre 2015

Mon arbre de Noêl ... & avec des boules de neige

 

DSCN9171

 

Symphorine & bonnet d'évêque

Posté par MartineR à 08:18 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 décembre 2015

A Amsterdam

 

 

Miniaturiste

Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets. (éditeur)

 

Nous sommes d'emblée dans la noiceur & le mystère: lors d'obsèques dans un coin d'un temple d'Amsterdam!!

800px-Dollhouse_of_Petronella_Ortman_by_Jacob_Appel

 

La vraie maison de poupée de Pétronella Oortman par Jacob Appel, datant de 1686-1705.

Belle découverte de la ville d'Amsterdam à la fin du XVII°, ville régit par les guildes, le puritanisme & les excès que celui-çi engendre. 

Par ailleurs histoire très sombre mais, à mon avis, pas assez aboutie;  Lecture très agréable pour un premier roman!   

Posté par MartineR à 14:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
22 décembre 2015

A la Sainte Luce, les jours croissent du saut d’une puce

 

Source: Externe

 

Je joue mes savantes, mais merci Wikipédia

Bonne nouvelle, c'est l'hiver;les jours vont rallonger, mais fera-t-il froid, la nature a besoin du gel pour détruire tous les petits parasites & se mettre en repos, mais là ????

 

Giuseppe_Arcimboldo_-_Winter,_1573

 

Posté par MartineR à 10:24 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
20 décembre 2015

C comme Courge, C comme chèvre

 

DSCN9166[1]

 

Je me suis inspirée de cette recette , c'est délicieux , très délicat comme mélange de saveurs.

DSCN9165[1]

 

A refaire, même à ceux qui ne sont pas adeptes de légumes

Posté par MartineR à 10:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
19 décembre 2015

Entremet choco-banane

 

Un ensemble d'hiver pour aller travailler en bus le soir ou au retour à potron-minet.

 

DSCN9160[1]

DSCN9159[1]

Bonnet & longue écharpe en Big delight 

DSCN9158[1]

 

 

DSCN9155[1]

Tour de cou, moins seyant mais très pratique.

Posté par MartineR à 14:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 décembre 2015

AnniversaireS

 

DSCN9131

 

9.9 hier à 13h 05 & 13hO7; soyons précis!!!

Neuf ans de câlins, de petites bétises, de sagesse.. de bonheur.

 

Maïmouna (l'ainée) & Daouda.

 

PS: Daouda = David chez les juifs & chrétiens !!! (hihi)

Posté par MartineR à 11:39 - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 décembre 2015

Eux,c'est nous.

Numérisation_20151210 (2)

 

Trente pages, un texte simple, des illustrations percutantes. 

 

Source: Externe

Les droits d'auteurs & les bénéfices reviendront à la CIMADE

 

Numérisation_20151210

 

Un livre (trop) actuel. 

Allez aussi sur le blog de Serge Bloch

Posté par MartineR à 10:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
07 décembre 2015

Snood tout doux

 

Elle en révait mais n'avait pas le temps de le tricoter.

 

DSCN9110[1]

 

Deux pelotes & demi de Big Delight (02), en 5 (si j'avais eu du 5.5, cela aurait été plus souple.

152 mailes  en point de riz encadré de quelques rangs de mousse, montage Moébius.

DSCN9107[1]

Posté par MartineR à 10:08 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
01 décembre 2015

Bien au chaud

 

 Simplissime & rapide, tricoté en fil double avec du 4.5

Attention il taille grand

 

 

DSCN9106[1]

 

Posté par MartineR à 11:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
29 novembre 2015

Douceur de bleu

 

 J'avais acheté ce fils que j'avais imaginé gris, mais le bleu ne me va pas!!!,   Mon petit fils voulait un pull < élégant > mais à manches.

 

DSCN9098

 

 

DSCN9100

 

 

 

DSCN9105

 

 

Un peu plus de trois pelotes;des aiguilles du 3, des torsades: tout ce que j'aime & sans(ou presque) de coutures!!

  

Posté par MartineR à 12:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
28 novembre 2015

A Madagascar

 

 

1507-1

 

Cléa et Brice, des jumeaux nés à Madagascar, ont été adoptés par un couple de Français. Seize ans plus tard, si Brice semble bien dans sa peau, Cléa ne sait plus où elle en est : hostile, malheureuse, révoltée par le racisme dont elle se sent victime ; elle inquiète ses parents au point que ceux-ci décident, comme une dernière tentative pour l’aider à surmonter son mal-être, de l’envoyer avec son frère passer l’été au pays de sa naissance.Un roman initiatique et épistolaire poignant, mais aussi un plaidoyer pour les jumeaux de Mananjary, à Madagascar, considérés comme « maudits », et encore aujourd’hui mis au ban de leur communauté.(éditeur)

 

Dans le cadre d'une séance sur la littérature malgache, j'ai choisi ce roman : jeunesse: une belle découverte surtout pour le sujet: la gémellité, ses mythes, ses tabous, l'adoption, l'adolescence Tout y est traité!!

On y découvre aussi une île presque continent avec des pays et peuples différents entre animisme & modernité.

 

Source: Externe

Ayant des vrais & faux jumeaux dans mon entourage très proche, je trouve que ce livre est une bonne approche anthropologique de ce phénomène de la nature.

Il faut savoir que 44% des grossesses gémellaires sont en Afrique surtout Afrique de l'Ouest. En Europe le taux augmente avec les PMA.

 

A quelques jours de l'ouverture du salon du livre-jeunesse de Montreuil, un bon exemple de livre à lire aussi par les adultes!!!

 

 

Posté par MartineR à 12:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,