Pour toutes les aiguilles

14 novembre 2021

Innus

20211114_113903[1]

 

Photo de l 'auteur & sa kukum (arrière-grand'mère en 1970: Almanda

 

Source: Externe

 

Quelle belle découverte que ce prix France Québec 2020

Au soir de sa vie, grand-mère (kukum, en langue innue) depuis longtemps déjà, Almanda Siméon se retourne sur son passé et nous livre son histoire, celle d'une orpheline québécoise qui tombe amoureuse d'un jeune Amérindien puis partage la vie des s Innus de Pekuakami (l'immense lac Saint-Jean), apprenant l'existence nomade et brisant les barrières imposées aux femmes autochtones. Centré sur le destin singulier d'une femme éprise de liberté, ce roman relate, sur un ton intimiste, la fin du mode de vie traditionnel des peuples nomades du nord-est de l'Amérique et les conséquences, encore actuelles, de la sédentarisation forcée.(éditeur)

 

C'est l'histoire singulière de sa grand'mère que Michel Jean nous narre dans ce roman.

 

Qui était-elle la Blanche orpheline, élévée simplement par un oncle & une tante, cette petite fille éprise de lecture qui va se marier à 15ans à Thomas, un innu qu elle a rencontré au bord de la rivière.

Source: Externe

Dans l histoire familiale c'est aussi la disparition de cette riche civilisation amérindienne Les Innus sont devenus les pupilles de l Etat Fédéral ( dixit le premier ministre du Québec)

On leur a enlevé leurs enfants, leurs territoires, leur langue. On a changé leurs noms 

 

Un livre écrit simplement avec beaucoup de fluidité, & une édition très belle qui facilite la lecture 

 

Un article canadien éclairant sur ce livre

Posté par MartineR à 12:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2021

Grandeur du Palais

 

Source: Externe

 

Je viens de lire les victorieuses, un roman qui ne me laissera que peu de souvenirs hormis celui du personnage de Blanche Peyron. 

 

Source: Externe

 

Source: Externe

 

Dans mon enfance les soldats de l armée du Salut chantaient des psaumes durant la période de Noël, en particulier boulevard Hausmann entre les deux Printemps, et il avait une grande bassine en cuivre pour recevoir les dons.

 

C'est aussi son mari qui a été l'instigateur de la cité du Refuge dans le XIII°  que l'on voit lorsque l'on prend un train à Austerlitz.

 

Source: Externe

 

 

 

Posté par MartineR à 11:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 octobre 2021

Femmes & les violences

 

Source: Externe

 

Hana al-Hachimi, bourgeoise aisée de Damas, a acheté la jeune Alya à une famille des bidonvilles pour en faire sa servante. Domestique le jour, celle-ci devient son amante la nuit. Mais Hana la découvre un jour dans le lit de son vieux mari et furieuse, humiliée, elle la chasse. Chacune retournant vers son destin, les deux femmes sont alors assaillies par des images surgies de leur passé. Pour Hana, son éducation dans la bonne société syrienne, où les femmes doivent obéir et dissimuler leurs sentiments ; son mariage contraint, à quinze ans, avec son cousin plus âgé ; son ennui, qu’elle noie dans le shopping et les réunions mondaines ; sa découverte de l’homosexualité avec une autre femme de son milieu qui l’initie aux plaisirs interdits. Alya se souvient, elle, d’une enfance violente et misérable, où femmes et petites filles sont continuellement soumises à la brutalité masculine. La liaison de ces deux personnages contrastés les a fait échapper un instant à leur univers étouffant ; mais leur rupture les replonge brutalement dans ce qu’elles avaient cru fuir.Le roman, en progressant à coups d’évocations légères, plonge le lecteur dans une atmosphère orientale où l’érotisme et les sentiments passionnés coexistent avec les relations de pouvoir. La dimension sociale et réaliste du récit transparaît en filigrane derrière l’histoire de ces deux femmes à la fois fortes et vulnérables, dans un univers d’hommes où elles cherchent à tâtons leur liberté.( éditeur)

 

Quelle description de l enferment psychique, affectif et sexuelle des femmes dans toutes les couches de la société syrienne ( avant la guerre)
Certaines scènes crues relèvent du secret d'alcôves. Beaucoup de violences contenues qui explosent
Des femmes en recherche de reconnaissance & d'amour.

 

Source: Externe


Celle qui s'émancipe n'est pas celle que l'on aurait cru.
La tisane de cannelle est servie au hammann à la future mariée pour ses vertus **excitantes**

 

L'autrice est écrivaine et journaliste engagée contre les violences aux femmes est réfugiée en France

Posté par MartineR à 17:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 octobre 2021

Au Sénégal

 

Source: Externe

« La porte du voyage sans retour » est le surnom donné à l’île de Gorée, d’où sont partis des millions d’Africains au temps de la traite des Noirs.
C’est dans ce qui est en 1750 une concession française qu’un jeune homme débarque, venu au Sénégal pour étudier la flore locale. Botaniste, il caresse le rêve d’établir une encyclopédie universelle du vivant, en un siècle où l’heure est aux Lumières. Lorsqu’il a vent de l’histoire d’une jeune Africaine promise à l’esclavage et qui serait parvenue à s’évader, trouvant refuge quelque part aux confins de la terre sénégalaise, son voyage et son destin basculent dans la quête obstinée de cette femme perdue qui a laissé derrière elle mille pistes et autant de légendes.

S’inspirant de la figure de Michel Adanson, naturaliste français (1727-1806), David Diop signe un roman éblouissant, évocation puissante d’un royaume où la parole est reine, odyssée bouleversante de deux êtres qui ne cessent de se rejoindre, de s’aimer et de se perdre, transmission d’un héritage d’un père à sa fille, destinataire ultime des carnets qui relatent ce voyage caché. ( éditeur)

Source: Externe

La visite de la maison de l esclavage est impressionnante avec ces cachots sans hauteur de plafond & la **porte sur l Atlantique** 

Source: Externe

Une écriture très fluide un style très littéraire mais sans aucune fatuité
Je ne reprendrai pas la trame romanesque ; par contre la trame anthropologique est très importante .
L'importance du **totem** (magnifique expo au musée Dapper) dans la vie quotidienne sénégalaise sur tout dans les ethnies de pécheur comme ici. Les rivalités de royaumes , même s'ils ne sont distants que de quelques km.
David Diop nous fait un éclatant roman sur le racisme & l esclavage : esclavage du blanc sur le nègre, mais aussi esclavage autochtone

En fait presque tout se passe dans la presqu'île qui deviendra Dakar,

David Diop revisite l'histoire de son pays paternel avec beaucoup de brio
Mais Gorée c'est aussi une île où les artistes sont très présents maintenant.

Source: Externe

 

Petit clin d'oeil local & dourdannais: le petit fils du botaniste a été le gendre du Général Jubé de la Perelle

 

 

 

Posté par MartineR à 20:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2021

** Petite Indienne**

 

Source: Externe

La Petite Indienne, c’est Betty Carpenter, née dans une baignoire, sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.

Betty raconte les mystères de l’enfance et la perte de l’innocence. À travers la voix de sa jeune narratrice, Tiffany McDaniel chante le pouvoir réparateur des mots et donne naissance à une héroïne universelle (éditeur)

 

Un excellent roman autour de Betty ( la mère de l'autrice)
C est aussi tout l amour d'un cherokee, le père, pour sa **petite indienne** mais aussi pour toute sa famille . Un père qui transmet son amour de la Nature tout en poésie


C est aussi la dure vie de ces femmes sous la coupe sexuelle des hommes
C'est le racisme par rapport aux **indiens** mais aussi aux pauvres.

 


Par contre j ai trouvé quelques longueurs dans certains passages

 

Source: Externe

Betty, la mère de Tiffany Mac Daniel 


Il faut noter une excellente calligraphie de ces éditions Galimesiter & aucune coquille, ce qui est rare & une très bonne traduction.

Ce roman est salué par la critique aussi bien aux USA qu'en France

 

Posté par MartineR à 17:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

23 septembre 2021

Pays Mandingue

 

Source: Externe

Le présent ouvrage est l'aboutissement de cette longue enquête orale de Youssouf Tata Cissé auprès de Wâ Kamissoko. Il nous apporte des données inestimables sur les fondements et les structures administratives de l'empire du Mali, l'esclavage en Afrique de l'Ouest au XII elle siècle, les petites royautés qui se déchiraient alors le pays mandingue, les conquêtes de Soundjata et l'abolition par ce denier de l'esclavage et de la traite (éditeur)

Source: Externe

 

Un livre d'ethnologie facile d'abord si on a quelques connaissances sur le Mali
ce livre permet de comprendre toute la grandeur de ce pays que l on voit souvent au travers des migrants peu valorisés ou pire des djihadistes

 


En plus Mr Cissé savait être pédagogue pour tout public

 

Source: Externe

 

Un bel hommage içi

Posté par MartineR à 08:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
21 septembre 2021

A déguster..........

Source: Externe

 

Quel délice de retrouver ces évocations poétiques autour des mots.
Beaucoup me rappellent aussi des souvenirs d enfance , comme édredon, encre, angine, PALETOT, ( qui se souvient des paletots des années 50!???)
A savourer à petites doses pour vous rafraichir ou vous rendre nostalgique.....................................

Posté par MartineR à 08:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 septembre 2021

Très décue.

 

Source: Externe

 

FILLE, nom féminin
1. Personne de sexe féminin considérée par rapport à son père, à sa mère.
2. Enfant de sexe féminin.
3. (Vieilli.) Femme non mariée.
4. Prostituée.

Laurence Barraqué grandit avec sa sœur dans les années 1960 à Rouen.
"Vous avez des enfants? demande-t-on à son père. – Non, j’ai deux filles", répond-il.
Naître garçon aurait sans doute facilité les choses. Un garçon, c’est toujours mieux qu’une garce. Puis Laurence devient mère dans les années 1990. Être une fille, avoir une fille : comment faire ? Que transmettre ?

L’écriture de Camille Laurens atteint ici une maîtrise exceptionnelle qui restitue les mouvements intimes au sein des mutations sociales et met en lumière l’importance des mots dans la construction d’une vie.(éditeur)

 

J avais déja lu un roman de cette autrice , alors en lisant la 4° de couverture je me suis laissée tenter à la médiathèque; mais je suis très décue.

 

 Je n ai pas du tout aimé car c est un énoncé de catastrophes sur cette **fille**
La naissance fille, le père salace et peu aimant, la grand mère fille-mère, la mère dépressive , la soeur morte à la naissance, l enfance caricaturale, le dépucelage par son presque jumeau sur le fauteuil du dentiste , l avortement , le mariage , l e BB décédé par erreur médicale , le psy lacanien , la fille garçon manqué ou manquante,le psy lacanien ..........


Etc. ETC............ TROP c est trop

Posté par MartineR à 14:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 septembre 2021

Sous le signe des oranges

 

Source: Externe

 

"Le Maroc, c’est un pays dont j’ai hérité un prénom que je passe ma vie à épeler et un bronzage permanent qui supporte mal l’hiver à Paris, surtout quand il s’agissait de trouver un petit boulot pour payer mes études."

Marwan et ses deux frères ne comprennent pas. Mais ­pourquoi leur père, garagiste à Clichy, souhaitait-il être enterré à Casablanca ? Comme si le chagrin ne suffisait pas. Pourquoi leur imposer ça. C’est Marwan qui ira. C’est lui qui accompagnera le cercueil dans l’avion, tandis que le reste de la famille ­arrivera par la route. Et c’est à lui que sa grand-mère, dernier lien avec ce pays qu’il connaît mal, racontera toute l’histoire. L’incroyable histoire.( éditeur)

 

Source: Externe

Un excellent roman qui sans pathos nous parle de la filiation, du deuil, des secrets de familles et des difficultés culturelles des enfants issus de l émigration économique des maghrébins des années 60/70.
De la place de la femme au Maroc dans les années 50 mais surement encore à l heure actuelle.


Pour se connaître il faut connaitre ses racines

 

C'est le premier roman très réussi de cet auteur franco-britannique

Posté par MartineR à 20:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
30 août 2021

Introspection

 

Source: Externe

 

Un homme perd sa femme et en aime très vite une autre, plus jeune que lui de vingt ans. Il brusque son passé, ses grands enfants, sa nouvelle compagne, leurs petits garçons et tous autour de lui. Il se rend fou d’aimer une morte et une vivante, il ne se pardonne pas de vivre et d’avoir tant trahi, mais ne sait pas s’en empêcher. Il se détruit socialement et au travail. Provocateur, sarcastique, éperdu et trahi à son tour. Il espère le châtiment qui le terrifie. Il finit par admettre. Après dix ans, il écrit. ( éditeur)

 

Récit introspectif par moment impudique de sincérité.

Est-ce parce que je le connais en tant que journaliste aussi bien radio que sur arte, mais en particulier le chapitre qui touche sa vie professionnelle & ses multiples déboires m'ont semblée de trop .......

Posté par MartineR à 17:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 août 2021

Clichy sous Bois Montfermeil

 

Source: Externe

 

Pris un peu au hasard en médiathèque car les livres que j attendais n étaient pas arrivés... Bonne pioche!

Je m’appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s’est pas préparé. Française d’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper-inadaptée. J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienne. J’ai fait quatre ans de thérapie. C’est ma plus longue relation. L’amour, c’était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi. Je me croyais polyamoureuse. Lorsque Nina a débarqué dans ma vie, je ne savais plus du tout ce dont j’avais besoin et ce qu’il me manquait. Je m’appelle Fatima Daas. Je ne sais pas si je porte bien mon prénom.(éditeur)

 

J ai beaucoup aimé cette écriture qui est hors de mes habitudes.


Ce roman d'autofiction est intéressant par les conflits que cette jeune femme dépeint avec justesse
Conflits culturel, cultuel & sexuel.

J avais eu l'occasion de la voir à 28minutes sue Arte elle y exprimait tous les désarrois qui avaient été les siens dans son enfance & sa jeunesse

 

 

Posté par MartineR à 15:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 juillet 2021

Munyal...................Patience en peul

 

Source: Externe

 

Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.

Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin.

 

Cette autrice a connu la malédiction de la patience, elle en a su tirer un magnifique livre sous forme de trois contes totalement imbriqués.

Tout ce qui se vit dans les concessions entre le pouvoir des hommes: pères, oncles, maris, mais aussi les marâtres; les co-épouses. 

Tout le pouvoir de la religion mais surtout des croyances, et dans la dernière partie on évolue en plein maraboutage.

« Quand tu entres dans une famille polygamique, tu dois être aveugle et sourde. Que tes yeux ne voient rien, tes oreilles n'entendent rien, ta bouche ne dise rien »

Ce livre se lit d'une traite car en plus c est très bien écrit, elle a reçu le Goncourt des lycéens.

Cet entretien sur France 24 explique bien le contexte de la polygamie & ses soffrances

  

Posté par MartineR à 16:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juillet 2021

Témoignage sur la ségrégation raciale aux USA

 

 

Source: Externe

 

Lettre à sa fille qu'elle n'a jamais eu

 

Très tôt confrontée à la pauvreté, Maya Angelou ne laissa jamais le sort prendre le dessus, et chaque désillusion fut propice à se réinventer. Sa grand-mère paternelle, une battante au caractère bien trempé chez laquelle elle fut envoyée avec son frère, dans un Arkansas encore très raciste, marqua durablement sa vie. Sa mémoire rappelle à elle ses amis perdus comme Coretta Scott King, ses pairs comme James Baldwin ou Aimé Césaire. Sans relâche, elle louera l'honnêteté, et décriera la vulgarité. Féministe avant l'heure, Maya Angelou écrit avec le coeur de millions de femmes qu'elle considère comme ses soeurs de combat. La littérature la sauvera et l'amènera à être la première étudiante noire d'une école privée. Puis, elle fréquentera le milieu intellectuel noir américain, et deviendra une grande militante de la condition des femmes noires. C'est grâce à l'écrivain James Baldwin qu'elle va se mettre à écrire après la mort de Martin Luther King et devenir l'auteure que l'on connait aujourd'hui. Composé de 28 courts chapitres, dont quelques poèmes, ce livre est un condensé de ses meilleurs écrits.( éditeur)

 

Intéressant témoignage de ces USA sous le joug de la ségrégation, même s'elle a été abolie , elle reste dans les esprits
Dommage que cette autrice ne soit pas connu en France.


Malgré tous les obstacles elle a su rebondir tout au long de sa vie

Posté par MartineR à 19:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 juillet 2021

Les **Malgré nous**

 

Je n'ai jamais su lire une BD (ni Tintin ni Astérix), j'ai essayé de me soigner en vain, de temps à autre je récidive avec un  roman graphique mais difficile, très difficile.

 

Lorsque j'ai vu sur la sélection de la médiathèque ce livre, je l'ai d'emblée réservé car l'auteur est journaliste sur France Inter & j'apprécie beaucoup son humour de même que le contenu de ses émissions.

Justement il avait parlé avec beaucoup d'émotion de son oncle: un **Malgré nous**ce qu'il avait découvert je crois qu'après son décès.  

 

220259935_2877393162575733_7685007172017691399_n(1)

 

 

Le voyage de Marcel Gross

 

219730197_118715800471670_4200195647918226525_n

 

 

Le roman commence lors de ses derniers instants & se termine à sa mort

 

IMG_20210719_183309_872[1]

 

 

 

20210719_154759

 

 

 

IMG_20210719_183309_929[1]

 

 

IMG_20210719_183309_974[1]

 

 

Très peu de texte, des illustrations très fortes & intenses 

 

IMG_20210719_183309_981[1]

 

 

Une réussite complète 

Posté par MartineR à 20:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
13 juillet 2021

Père & fils dans la tourmente de la vie

 

Source: Externe

 

C'est l'histoire d'un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choississent ce qui a de l'importance à leurs yeux, ceux qu'ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C'est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes.

 

 

Dans ce roman,que j ai lu d'une traite, c'est le portrait d'un père & de son amour inconditionnel pour ses deux fils.

Mais c'est aussi le portrait d'une région qui a été sinistrée & abusée par tous les politiques.

 
La famille réside dans cette commune tenue par le PCF entre travail, labeur, espoir & désenchantement.


Le style est précis, sans aucune fioriture.

Posté par MartineR à 15:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
11 juillet 2021

Lecture ...........enfin!

A près tous mes ennuis de santé, j'essaie de relire, difficile de se concentrer quand la fatigue vous envahit & vous submerge...

 

Source: Externe

 

 

 

Je l ai pris pour le titre & l'autrice que j'apprécie.

Un livre facile à lire avec une intrigue qui dépeint la société puritaine et **faux-cul** des années 30 dans une petite ville de province anglaise à travers un groupe de brodeuses

 

Source: Externe

 

On retrouve le vécu difficile de ces **vieilles filles** suite à la guerre de 14/18, l'homosexualité, la montée du nazisme

Source: Externe



C'est aussi le portrait de vie de Louisa Pesel, brodeuse de talent & femme indépendante.

  

Posté par MartineR à 11:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juin 2021

Poésie à l hôpital

194232777_876974663174193_6711067288534169330_n

 

 

Ce matin,sur le paking de l hôpital entre Algeco & urgences

Posté par MartineR à 16:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 décembre 2020

A quand?.....................

 

Un peu de plaisir réel & non virtuel? 

 

J espérai encore hier pouvoir aller bientôt au cinéma & déambuler dans un musée..........mais c 'était avant le 10/12 vers 17.50 & les annonces du Premier Ministre

 

Mon premier souvenir de cinéma c'était en 1956, boulevard des Italiens

 

Source: Externe

 

Tellement de monde à la séance que nous sommes revenues à celle d'après

 

Source: Externe

 

Ce film me parlait car nous allions souvent , à pied, rue Lepic chercher des ferments lactiques Yalacta.........

Source: Externe

 

Puis il y a eu le ciné-club du jeudi après midi avec Crin Blanc,Le Roi & l oiseau........au cinéma de La Fourche,

Et d'autres films ont suivi car beaucoup de cinémas de qaurtier à cette époque; un cinéclub paroissial aussi ou j'ai découvert Bergmann avec le 7°sceau

Source: Externe

 

, Dreyer avec Ordet

 

Source: Externe

Avec le lycée nous allions au mythique Gaumont Palace aveant qu'il ne soit un Castorama

 

Et avant la séance & les actualités il y avait des attractions sur scène.

Source: Externe

 

J'aime le cinéma sans être une grande cinéphile, mais je déteste voir un film sur écran TV ou PC

Tout cela était dans un autre siècle, pas facile mais sans confinement! 

J'ai hâte d'y retourner pour toute cette magie du garnd écran et là particulièrement:

 

Source: Externe

Posté par MartineR à 16:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2020

Reprise laborieuse

 

J'essaie de reprendre le tricot pour de bonnes raisons, car j avais acheté il y a 11 mois ce merveilleux fil, & aussi parce que j ai besoin d'un gilet doux & chaud.

 

Voilà ce que j'ai pu tricoter avec une pelote de 25gr en 5..........

IMG_20201124_105341[1]

J'ai repris un modèle déjà réalisé en 2009 ( February Lady Sweater de Pamela Wynne )

 mais avec un fil totalement différent (Cascade)

Posté par MartineR à 11:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2020

Déplacement dérogatoire du 14 Novembre 2020

DSCN3547

 

 

Vous ne révez pas....

DSCN3548

 

 

Le cerisier du Japon perd ses feuilles mais est en train de fleurir....Le temps est fou!!

 

DSCN3560

 

 

Une heure, Un km, Le parc

 

Confinement 2 Nov

Posté par MartineR à 16:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :